sur le bord de la route du gobi

Mongolie / Le Gobi sur le Pouce !

Il est dit qu’en Mongolie, j’expérimenterais tous les modes de transport possibles ! Alors après la moto, place au « pouce » en équipe franco-anglaise ! Cette fois c’est accompagné de Yannou le parisien-baroudeur (2 ans sur la route) et Ed l’artiste anglais touche-à-tout, que je me lance à la conquête du désert du Gobi ! Moi, le stop, j’ai jamais tenté ! pas eu l’occasion, de l’appréhension peut-être aussi.. mais là avec ces 2 spécialistes ça sent les bons moments à plein nez ! Et c’est aussi un moyens de rentrer en contact plus facilement avec les habitants !

Pour y aller, pas 36 solutions : 1 route et une seule fend l’immensité mongole dans cette direction, pour finir à Dalanzadgad en passant par Mandalgovi !

Comme tendre le pouce à UB équivaut à héler un taxi (Toute personne avec une voiture fait office de taxi ! le prix est connu de tous : 800 Tugrik du km et si tu demandes le chauffeur met son compteur à 0 en t’embarquant !) on décide de couper la poire en 2 : un 1er bus puis le stop !
Quelques 4 h de route à voir défiler le «magnifique  vide » du pays, plus tard on débarque dans cette « ville » de Mandalgovi !
Cette ville n’a rien n’a offrir de beau, pas un coin à touristes du tout, juste une étape sur la route du Gobi, donc autant dire pas trop d’hôtels encore moins d’auberges de jeunesse ! après avoir fait le tour de 3 endroits, on se décide pour le 1er (normal…! ) les habitants nous voient passer et repasser par la grande rue, ils ne comprennent pas trop, mais nous souris et répondent à nos…!

Et c’est là qu’on repère une terrasse de bar en hauteur, bien abrité qui promet une vue pas déguelasse et une bonne bière fraiche ! Enfin bonne…bière mongole quoi!
La terrasse n’est pas encore en activité mais c’est pas ça qui nous arrête, il n’y a qu’à installer tables et chaises pour en faire l’endroit parfait !
On se retrouve à pick-niquer là, jouer un peu de gratte au soleil couchant ….

C’est là que la vie me semble si simple ! Profiter de ces moments fait selon moi parti intégrante de ce genre de voyage et peut-être les apprécie-t-on d’autant plus que l’on se les fais créer de toutes pièces!

Mes débuts en Pouce ? trop facile !

Tous les pouceux vous le diront, un bon spot c’est au bord d’une route à la sortie d’une ville ou le must : une station essence !

Nous y voilà donc équipé d’une carte (pour montrer « ouc’estqu’onva » ) et de nos mains car en Mongolie, ne tends pas le pouce agites la main !
Ce qui est drôle c’est que les gens s’arrête en générale même s’ils ne peuvent pas nous prendre juste pour voir ce qu’on fabrique ! L’idée est évidement de faire du stop gratuit ! car oui en Mongolie, les gens vont te dire oui mais te demander plus cher que le bus ! Pas l’idée ! c’est pas par problème d’argent mas pour voir si c’est possible!

Notre premier lift sera luxueux : Un superbe 4×4 quasi neuf avec à bord un Coréen travaillant pour SAMSUNG et son chauffeur ! Comme on l’a fait rire avec notre histoire de STOP il a décidé de nous embarquer pour nous avancer 200km plus au sud il ne nous restera plus qu’une centaine de Km après ça!

Chez SAMSUNG s’est connu on est pressé ! Et avec cette route toute droite, même si divers animaux peuvent débarquer à tous moments sur la route, 180km/h de moyenne c’est normal ! Autant vous dire que quand déboulait un troupeau de mouton, chèvres, chameaux… on serrait les fesses, mais ça a de bons freins les Toyotas !! Bref une bonne heure de route et nous voila arrivé à destination ! A mon avis mon trajet en stop le plus rapide de ma vie !!

Lâchés dans un bled avec un restau en bord de route, on décide de s’y poser et de prendre le temps de chercher le conducteur suivant facilement trouvé dans la foulée grâce au restaurateur qui parle 3 mots d’anglais ! Nous voici donc à Dalanzagad !

On me demande souvent si je vis des galères, comment je fais pour trouver où me loger, me nourrir…

Le fait est que … Non ! Ma devise : Quand tu sais pas où aller, poses toi et attends un peu, la solution arrive!
Mes compagnons de routes partageant implicitement cette règle, on s’installe avec tout notre bardas face au bâtiment du gouvernement au pied ombragé d’uns statue ! la guitare est de sortie… la magie opère …

Car immédiatement démarre un défilé de gens attirés par notre installation sommaire, parlant plus ou moins l’anglais essayant de comprendre ce qu’on fait là et si on a besoin de quelque chose. Une fille va passer plus de 30 min avec nous à appeler tous les hôtels et camps de yourtes du coin ! Malheureusement le seul dans notre budget est plein et les autres bien trop cher!
On la remercie et on attend la suite…

Un autre gars viens nous voir avec ses quelques mots d’anglais visiblement prêt à nous aider. On lui explique que l’on cherche un endroit ou dormir, et une voiture avec chauffeur pour explorer le Gobi pour quelques jours ! Tant qu’à faire on lance toutes nos demandes sachant pertinemment que le bruit va se répandre et que c’est notre seule solution sans passer par un hôtel ou une agence de voyage de trouver notre bonheur !

Des coups de fils sont passé, l’homme fait des aller-retours… puis reviens avec une proposition : Il dispose de 2 yourtes, il peut nous en louer une et nous aider à trouver notre chauffeur ! Ben voilà ! et le tout sans bouger de cette statue !

Certains diront qu’on est inconscient de faire confiance au premier venus, de ne pas avoir de point de chute en arrivant… Je préfère me faire confiance et laisser la place aux surprises !

Nous débarquons donc chez Arounk en périphérie de la ville. Il faut comprendre que seul quelques bâtiments du centre sont en « dur » et que le reste de la ville se compose de quartiers de yourtes, chacune enfermées dans ses palissades (un comble pour ces « ex-nomades » qui avaient l’habitude d’avoir pour barrière, la montagne ou la rivière la plus proche…)
Comme vu à Ulan Bator, cette sédentarisation pose beaucoup de question sur le devenir de ce pays…

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Quartier de Yourte à Dalanzdgad

La soirée se passe en famille, partage de moments simples, (repas, jeux, musique…) Même avec peu de langage commun on se rends compte que l’on peu faire beaucoup et que finalement nos « codes de vie » sont assez universels ! On joue de la même manière avec les enfants, la musique se partage facilement et nos besoins primaires facile à exprimer, à mimer !

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
La musique : outils de communication universel !

Cette famille vit à 4 dans cette yourte, leur plus grande fille à 17 ans la plus jeune 7-8 ans. On en vient à se demander comment ils gèrent l’intimité ?? on n’a pas de réponse … la barrière de la langue gène pour approfondir les sujets…

Le lendemain, après la phase de négociation des tarifs d’un chauffeur véhiculé (Véhicule Russe ou Japonais, c’est pas le même prix!!) On rencontre « …. » et son bolide! L’homme et la machine doivent avoir le même âge ! Lui est un ancien économiste (!!) reconvertis en chauffeur dans sa Jeep Russe qu’il connait par coeur, comme le Gobi! Cet ancien nous inspire immédiatement confiance, ses prix sont corrects alors une fois l’itinéraire calé on boucle nos sacs direction…le supermarché ! ben oui va falloir être un minima autonome dans ce désert !

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Notre Bolide Russe

Premier jour : Les Flasming cliffs du Gobi

Après quelques heures de routes et nos premiers chameaux croisés nous voici devant le Colorado Mongole!
Ce qui est hallucinant plus que le site en lui même c’est sa situation : un paysage aride et secs depuis des heures et puis…Boum comme ça au milieu de rien les Flaming Cliffs!
Je vous laisse apprécier quelques clichés :

Etant partis l’après-midi ce sera tout pour aujourd’hui et après quelques heures à crapahuté la dedans on reprend la route pour notre 1er campement.
En arrivant devant ce camp de yourte pour touristes, on se rend compte que l’on a pas du se faire bien comprendre ! L’idée de partir dans le Gobi sans un tour organisé c’est pas de se retrouver dans les mêmes endroits que tous le monde mais de rencontrer les nomades et tant qu’à donner du pognon, que ça soit à eux directement ! Il est trop tard pour aller ailleurs, on reste donc là pour cette nuit ! Et au final on a bien fait car pendant que l’on attaquait notre repas « noodles »  dehors on a vu arrivé ça :

C’est quand tous le monde à commencer à sauter sur les motos pour partir ou à rentrer s’abriter dans l’un des quelques bâtiments en dur qu’on s’est inquiété …

– Heuuu Yann ce nuage… t’as pas l’impression qu’il avance vite ????
– Pu*** Tempête de sable !! Aux abris ! remballe la caméra (posée la pour le couché de soleil initialement) et les noodles vite fait !
Moins de 30 seconde plus tard elle était sur nous ! et elle a durée …Plus de 2h !! Impressionnant ! la nuit se fait en quelques secondes, un vent énorme, une couleur jaune orange envie tout ! Bienvenue sur Mars!

2ème jour : Les Dunes de sables du Gobi

De la route qui secoue, un chauffeur sans GPS ni cartes qui choisi ses itinéraires selon…. ben on sait pas trop quoi ! Beaucoup de route ! il faut le savoir la région du Gobi est très vaste, pour voir les endroits intéressant de cette immense étendue il faut engrangé du km !

Après une matinée de route, nous voilà donc au pied des dunes! Ces fameuses dunes qu’il faut escalader pour voir de l’autre coté la partie désertique-dunes de la Région !
Malheureusement pour nous la tempête d’hier est passé mais nous a laissé une bonne dose de vent en cadeau ! Donc pour le déjeuner vous prendrez…. du sable ! en entrée, plat et désert svp!

11653289_10207322169076982_330519232_n

Grimper une dune de plusieurs dizaine de mètre de haut c’est déjà un truc en soit mais avec le vent !! une vraie galère !
Moi j’ai bloqué au milieu ! les gars ont continués et sont arrivé au sommet ! mais le vent était tellement intense, cinglant les visages, brulant les yeux qu’ils n’ont pu y rester que quelques minutes !
Donc pas de couché de soleil sur les dunes pour nous…
Pas grave, on va passer l’apm après des nomades du coin et c’est tout aussi bien !

11292011_10207322267999455_1548036556_n

On va découvrir la rudesse avec laquelle les enfants sont élevés, pas de rudesse physique de leur parents, mais simplement dans cet environnement là tu tombes, personne de ne te console, d’ailleurs les enfants ne pleurent pas … De la gamine de 3 ans renversé au détour d’une yourte par un chien  qui fait 10 fois son poids, au garçon de 8-9 ans montant à cru un cheval en cours de dressage et se faisant éjecté lourdement 3 min après !

On l’a vu tombé, on a eu peur, on a commencé à courir vers lui, mais une mamie de 80 ans nous a stoppé net ! Elle criait des trucs au gamin du genre « relève toi ! allez! rattrape le cheval !! Il se barre! » (c’est ce q’on en a déduit!!) mais elle nous a fait comprendre qu’il allait s’en sortir, qu’il ne fallait pas y aller ! et pourtant je vous jure que le môme à bien mit 5 min à se relever et encore 10 à remarcher normalement !

Mais (malgré) tout ça, ils ont sur leurs visages un sourire toujours scotchés, des envies de jeu comme tous ceux de leurs âges ! ils aiment faire des grimaces, jouer à cache cache, courir après les animaux !
Ils nous mettent une vraie claque ces gamins!  Voilà les moments que l’on a aimé vivre dans le Gobi!

3ème jour : Les montagnes du Gobi

Le Gobi se démarque par ses paysages mais aussi … par ses changements de température ! Quand on est parti de Dalanzadgad il faisait très chaud !
Quand on est arrivé dans les montagnes on était dans les nuages ! temps humides, froid ! et même une belle averse !
Ca valait quand même le coup !

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Un poil brumeux…

Encore une soirée dans une yourte avec son proprio à partager des moments simples autour du poêle !

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Autour du feu…

Retour à UB

Les montagnes sonnent la fin de ces quelques jours dans le Gobi. Il est temps de reprendre la route de la civilisation et de reagiter la main pour rentrer sur Ulan Bator !

Une autre station essence…la même histoire… mais cette fois il nous faut plus de temps pour trouver notre lift ! Beaucoup de postulants mais cherchant à se faire du pognon !
Puis Yann dégotte un jeune gars dans un 4×4 qui acceptent de nous amener et directement à UB siouplait! Magique !
…Ou pas ! Car ils sont déjà 3 la dedans et le coffre plein ! Malgré un bon Tétris pour nous faire rentrer tous les 3, nos 3 gros sacs et la guitare le confort laisse grandement à désirer ! Et la grand-mère à l’arrière avec nous expérimente la vie d’une sardine …

1h30 de route plus tard, on commence à se dire que les 6 prochaines heures comme ça c’est pas possible ! Et visiblement on est pas les seuls à penser comme ça !
Le jeune gars s’arrête et nous explique que finalement ils ne vont plus à UB ! et nous  laisse là… On sait tous que c’est un bobard mais franchement on ne peut pas lui en vouloir! même nous on est content de pas poursuivre avec lui !

Le truc drôle c’est que l’endroit où il nous largue…c’est encore la ville fantôme avec son restau du bord de route où on avait déjà changer de véhicule à l’aller !

C’est reparti pour l’alpaguage de voiture ! Moins de 15 min après un van russe (mode pilule) s’arrête. On lui montre la carte, d’abord il dit non, après oui, parle pas un mot d’anglais…On dit « no money »… on ne sait pas s’il comprend …
Le mec est jeune mais un peu bourru, il est seul dans son van, l’arrière est chargé de bordel…
On grimpe en se disant qu’on verra bien  !

Ed est assis devant, Yann et moi à l’arrière dos à la route à moitié allongé sur des sacs de …. on ne saura jamais quoi ! On est pas mal !

Le gars est pas très causant et pressé ! Avec Ed on profite d’un arrêt essence pour se dégourdir les jambes, aller pisser, fumer une clope… Ben en fait on ne pourra que faire l’un des 3 car le mec ne descend pas de son van et sitôt le plein fait il klaxonne ! « Let’s Go !!!»

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
La Pillule à une tronche de tortue là…
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Notre intérieur…

La route défile, le soleil couchant donne des couleurs de feu au paysage ! la route est monotone …jusqu’à ce que notre chauffeur de choc décide de sortir de la route principale pour partir sur des pistes ! Grand moment de doute…on se regarde tous les 3 : On va où ????
Le gars est super concentré, roule aussi vite sur ces pistes que sur le bitume, à l’arrière c’est mode shaker pour nous !
Ca dure bien 20 minute comme ça jusqu’à ce qu’il retrouve la route !

On ne saura jamais pourquoi il à fait ça ! est-ce qu’il se faisait chier sur la route toute droite ? Il avait besoin d’un peu de sport ? Il a voulu éviter un péage ???

Passé cet épisode la route est longue, la nuit est tombé … et c’est à 1h30 du mat’ que l’on débarque à Ulan Bator ! Le gars nous arrête devant son hôtel, dans une zone indus… pas la porte à coté du centre mais après avoir fait 600 km avec lui gratuitement on ne va pas faire les difficile !!

Ce gars avait tout pour ne pas inspirer confiance : ne parle pas, ne sourit pas, fait des trucs bizarre, mais il a été top avec nous ! Encore une rencontre spéciale !

Voilà découvrir le Gobi par ses propres moyens sans rien planifier c’est possible ! Et c’est tellement bon comme ça !

 

Tu aimes? Partages!

2 réflexions au sujet de « Mongolie / Le Gobi sur le Pouce ! »

    1. Totalement à l’arrache mais c’est ça qui est bon ! et c’est comme ça qu’arrive les belles rencontres!!
      cette tempête c’était assez hallucinant!! sortie de nulle part et vraiment violente!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *