sur les rives de l'île d'Olkhon

Lac Baïkal Acte 2 : L’île d’Olkhon

Je vous avais laissé avec le petit village au nom charmant de MSR et Irkutsk, mais entre temps je me suis fait une petite escale de 2 jours sur l’île d’Olkhon. C’est la plus grande île du Baïkal : 71 km de long et jusqu’à 12 km de large, mais il n’y a pas grand monde dessus. Seul le village de Khoujir rassemble de quoi survivre sur cet endroit aux paysages très variés : rocs, forets, dunes, steppes…

Après avoir découvert un (tout) petit bout de la côte Ouest du Lac, je pars à la  découverte d’Olkhon (Prononcer Olrone). On pourrait s’attendre aux mêmes paysages de partout mais ce lac, « perle de Russie »  et futur 6ème océan du globe, propose des vues très différentes sur tous ses abords.

On parle de 6ème océan car le lac Baïkal devrait son origine au « télescopage » de l’Asie par l’Inde, lequel se poursuit depuis quelque 45 millions d’années. La rencontre de ces deux grandes « plaques » mobiles aurait entraîné la formation d’un rift continental qui serait l’amorce d’une future fracturation de la plaque asiatique et donc de la formation d’un nouvel océan ! (ne me remerciez pas pour la leçon de géologie !)

Bon alors cette ile d’Olkhon???

Plus grande île du lac avec ses 71 km de long et jusqu’à 12 km de large, elle est pour autant très peu peuplée. Seul le village de Khoujir rassemble de quoi survivre sur cet endroit aux paysages très variés : rocs, forêts, dunes, steppes…

Pour se rendre sur Olkhon il faut prendre une navette bateau gratuite, puis, pour aller au village, soit attraper un bus, soit se faire emmener en voiture. Le bus étant déjà passé (2 par jour), Julia et Slava, mes hôtes d’Irkoutsk, me trouve 2 jeunes charpentiers qui se rendent à Khoujir pour construire de futures maisons pour touristes. (Un buisiness en plein boom là-bas) Ils traversent « à pied » puis se font récupérer par leur futur boss ! Ils acceptent de me « jeter » à la guesthouse la plus renommée du coin : NIKITA !

Khoujir se trouve à environ 30 km du point d’arrivée, avec le 4X4 du « patron » on mettra 25 min, mais en faisant des bons de fous dans la voiture à 120km/h  sur les pistes à trous du coin, c’est sportif!
A titre de comparaison le bus qui me ramènera mettra plus d’une heure pour le même trajet.

La ville est considérée par les Bouriates comme l’un des cinq pôles mondiaux de l’énergie chamanique, (d’où la présence de nombreux arbres à prières) et est devenu récemment un gros pôle touristique de Sibérie et tout ca grâce à …NIKITA, un russe anglophone et francophone, qui a su exploiter le potentiel de cette place.

Je suis donc déposée par mon « chauffeur-pilote » devant chez NIKITA. Sa guesthouse est vraiment sympa avec de ilots de chambres, un « café français » des petites ruelles…

Je file directement aux abords de la guesthouse qui est au bords des falaises et là il suffit de se poser pour admirer les paysages !

Via la Guesthouse, je réserve un tour vers le nord de l’île, l’excursion vers le  cap Khoboï à l’extrémité nord de l’île. On partira à 10 dans un minivan russe UAZ typique. (comprenez sans l’option amortisseur!)

Minivan Russe UAZ ! la bête !!

Groupe multiculturel composé de 2 français, 3 Américaines, 3 chinois et 2 russes ! Le guide-conducteur s’occupe aussi de la cuisine au feu de bois composée de sandwichs, de soupe au poisson (à base d’Omoul, que je dégusterais plusieurs fois cru, après salage, comme tout bon russe!)

La météo sur l’île est encore plus changeante que sur le continent ! On est part le matin à 9h il fait 25° et 20 km plus loin, on tombe sous la pluie + un vent à décorner les boeufs, à tel point qu’on peut à peine sortir du van ! Re-30 km plus loin, retour du soleil, toujours du vent mais 18° donc bien mieux !

le tour nous prend la journée, entre falaises, forets, bancs de sables… c’est vraiment beau !

Seul bémol, sur l’île tout est fait pour que toi Touriste tu sois obliger de prendre un tour. Il est très difficile de faire des choses par soi-même : pas de location de véhicules sur place (à pars des vélos, mais c’est assez limité!) C’est donc à faire car magnifique mais à savoir que tu ne maitrises pas grand chose…

Je repartirais le lendemain matin, en minibus-van pour Irkutsk. 6H de route là où j’en ai mis 3H en voiture ! De nouveau récupérée par Julia et Slava chez qui j’ai passé encore 2 jours, comme expliqué dans l’article précédent.

La suite sur la côte Est du Baïkal !

——————————

Informations pratiques :

  • Hébergement chez NIKITA en pension complète : 1200 Roubles (18€)
  • Tour / expédition pour le Nord (1 journée, tout compris) : 800 Roubles (12€)
  • Bus Retour Irkutsk : 1100 Roubles (17€)
  • Autres infos Nikita : Wifi payant -100 R l’heure (1,50€)

 

Tu aimes? Partages!

2 réflexions au sujet de « Lac Baïkal Acte 2 : L’île d’Olkhon »

  1. Cool ! Je regarde pour louer un 4×4 depuis Irkoutsk ce qui me semble une option : beaucoup moins cher et où est pas coincé avec des tours-operator. Ça te semble jouable ?
    Merci de ton avis !
    Anaïse

    1. Salut!
      Oui ca semble une bonne idée! Je ne connais pas les regles de la location en Russie, donc faut caler ça. Après sur l’île avec un bon GPS ca doit pas poser de problèmes! essaye peut-être de trouver d’autres voyageurs histoire de pas être seule la bas ! Bonne ballade !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *